10 raisons de ne pas consommer de produits laitiers + recette de fromage à tartiner végétalien aux noix de cajou


Les nutritionnistes vous le diront, il faut limiter la consommation de matières grasses laitières et de produits cuisinés  industriels, et privilégier les produits frais et non transformés, bref des ingrédients santé! Si vous n'êtes pas touchés par le discours du petit veau retiré à sa mère dès sa naissance, ou par la souffrance des vaches laitières, pensez à votre santé et découvrez la bonté de toutes sortes de plats dont vous ignoriez l'existence. Sains et bon, c'est possible!

Pourquoi ne pas consommer de produits laitiers?

J'ai été pendant longtemps végétarienne, je ne consommais plus de viande, mais des produits laitiers oui, pensant comme beaucoup le pensent encore, que les produits laitiers sont bons pour la santé (souvenez-vous de la publicité qui passait en boucle à la télévision quand nous étions petits). Je pensais également qu'en en consommant, je ne faisais de mal à aucun animal, ce que je ne voulais absolument pas. 

J'ai commencé à m'informer, merci internet, et à me rendre compte que tout ce qu'on essayait de nous faire croire depuis de nombreuses années est totalement faux. C'est pourquoi à la maison, j'ai banni les produits laitiers ou presque. J'ai trouvé une phrase qui résume bien l'idée: "le lait, une vacherie!"

Pour vous convaincre, ou tenter de vous expliquer, voici 10 raisons, éthiques et sanitaires, pour lesquelles on devrait réduire au minimum les produits laitiers. 

  1. Pour la santé des vaches et leur condition d'élevage. Des 4 litres par jour nécessaires à l’élevage d’un veau, certaines vaches sont ainsi passées à près de 30 litres.  Elles doivent produire toujours plus de lait et leur quotidien est particulièrement difficile. Les vaches en pâturage sont peu nombreuses. Leur élevage se fait plus souvent en stabulation à logettes (les animaux sont séparés les uns des autres par des parois) ou pire, en stabulations entravée : les vaches n’ont alors aucune possibilité de se mouvoir… Elles accumulent les problèmes de santé et souffrent de mammites à répétition. Rien n’est fait pour leur bien-être, seule leur production est importante.
  2. Pour le sort des veaux. Séparés de leur mère quelques jours après la naissance,  c’est un stress énorme autant pour la mère que pour son petit car leurs liens sont extrêmement ténus. Les veaux ne pourront pas se développer correctement loin de leur mère, ni du point physique, ni point de vue comportemental. Leur avenir industriel est de toute façon tout tracé:  future vache laitière ou élevé en batterie pour sa viande, la courte existence du veau ne sera que souffrances, stress et privations. Les veaux vendus pour l’abattage ont un prix pouvant avoisiner les 10 €, et sont donc difficilement l’objet d’attentions… La France est le premier producteur de viande de veau en Europe, avec 232,1 milliers de tec (tonnes équivalent carcasse) en 2008. Environ 20% des veaux nés en France sont des « veaux de boucherie ».
  3. L’Homme est le seul animal qui persiste à boire du lait à l’âge adulte, et également le seul qui boit le lait d’un autre animal.
  4. Le lait, tout comme le blé, participe à la perméabilité intestinale (« leaky gut »), ce qui signifie que les intestins ne jouent plus correctement leur rôle de barrière. Ils laissent alors passer dans la circulation des molécules étrangères. Cela va déclencher une réaction immunitaire exagérée et favoriser la venue de pathologies telles que tendinites, asthme, eczéma, polyarthrite et autres infections.
  5. Le lait a un index glycémique élevé (c’est un sucre « rapide »), qui stimule fortement la sécrétion d’insuline. Une prise répétée va favoriser une résistance à l’insuline, notamment chez l’enfant, augmentant ainsi les risques de diabète et les complications associées.
  6. Aucune étude indépendante n’a apporté la preuve de leur efficacité sur la santé osseuse. Ainsi, les pays où l’on consomme le plus de lait sont les mêmes qui connaissent le plus grand nombre de fractures et le plus grand taux d’ostéoporose.
  7. Le lait est un produit acidifiant, le corps doit puiser dans ses bases (qui servent à tamponner l’acidité) pour en limiter les effets. Or ces bases (citrate et bicarbonate) se situent notamment dans les os où elles sont associées au…calcium ! On pourrait presque parler de publicité mensongère.
  8. On entend souvent des phrases du type « si je ne mange pas de produits laitiers, j’aurai un déficit en calcium »… C’est totalement faux. Comment fait la vache pour avoir autant de calcium dans son lait? Vous avez déjà vu une vache adulte manger du fromage ou boire du lait? Elle se nourrit d’herbe… et ne souffre pas d’ostéoporose. Il en est de même pour un être humain: vous aurez largement assez de calcium en ayant une alimentation équilibrée. L’eau, les légumes, le sésame ou encore les amandes en contiennent suffisamment.
  9. Le lait de vache est riche en IGF1, semblable au facteur de croissance humain, bien connu des sportifs pour son pouvoir anabolisant. Sa consommation régulière réjouit tout particulièrement les cellules cancéreuses qui vont pouvoir se développer rapidement. Il faut préciser que sur ce plan, les laits de brebis ou chèvre sont moins nocifs.
  10. 75% des humains ne digèrent pas le lait.... peut-être y aura-t-il une raison à cela, vous ne croyez pas?
Source: http://www.one-voice.fr/


 Recette de fromage à tartiner végétalien aux noix de cajou


Le fromage à tartiner, tout le monde en a à la maison. Les qualités nutritionnelles de ces fromages laissent plutôt à désirer, beaucoup de matières grasses, finalement peu de fromage, des conservateurs (car sinon votre merveilleux fromage crémeux ne se conserverait pas pendant des semaines) etc.

En faisant mes recherches pour réaliser mon propre fromage, j'ai trouvé une petite recette toute facile pour obtenir un fromage à tartiner bien crémeux, à base de noix de cajou. Je vous propose la recette base, que vous pourrez déguster comme ça, nature, ou aromatiser selon vos goûts avec des herbes par exemple. J'ai  déjà testé, sur une tranche de pain bien croustillante, ou dans mon plat de pâte, absolument délicieux. 

J'ai trouvé la recette dans un livre de cuisine végétalienne, puis retrouvée la même ou presque sur différents sites. La recette est donc bien rodée. Chacun y apportera ses propres modifications selon ses goûts.


Sources: "la cucina vegana" de Deb Roussou
Consultez aussi l'article d'Antigon XXI sur les fromages végétaux.

Si vous avez 5 minutes, cette recette mérite vraiment d'être essayée!

Temps de préparation: 5 minutes

Temps de repos: 4-5 heures de trempage + 6 heures au frais

Ingrédients:
  • 200 gr de noix de cajou crues non grillées non salées
  • un peu d'eau
  • 2 cuillères à soupe de jus de citron pressé ou de vinaigre 
  • 5 gr de sel
  • 1/2 c. à c. de poivre blanc
  • 1/2 c. à c. d'ail en poudre
  • un peu d'eau

N'hésitez pas à changer les proportions selon vos goûts.  La prochaine fois je me lancerai dans un fromage aux herbes. J'en ai déjà l'eau à la bouche!


Préparation:

Faire tremper les noix de cajou dans un grand récipient d'eau au minimum 4 ou 5 heures, un peu comme les légumes secs.


Dans une passoire, les rincer et les égoutter.


Mettre les noix de cajou, le sel, le vinaigre et le citron dans le bol de votre mixeur et commencer à mixer. Introduire un peu d'eau petit à petit si besoin jusqu'à obtenir une texture bien crémeuse. 




Avant de le déguster, laisser au frais pendant 6 heures. 

Le fromage se conserve plusieurs jours au frigidaire dans un récipient hermétiquement fermé. 



Voir aussi: recette de "faux-mage" au soja, pour des petits cubes de fromage dans votre salade.

Commentaires

  1. Merci pour cet article qui répond à des questions que je me pose, mais je n'ai jamais pris le temps de faire des recherches... Je vais limiter grandement notre consommation à tous les 5, et peut être qu'un jour il n'y aura plus que le fromage (j'avoue, j'aurais vraiment du mal à ne plus manger mon bout de fromage quotidien, mais qui sait?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Aurélie, éliminer complètement le fromage est sûrement la chose la plus difficile. Végétarienne, j'étais une grande consommatrice de produits laitiers. Pourtant, ça s'est fait assez naturellement. Je me suis informée et j'ai commencé à diminuer les fromages en les remplaçant par d'autres produits. J'ai maintenant le problème inverse, je ne peux plus du tout en manger! J'ai beaucoup de mal à en consommer et à la maison nous l'avons complètement éliminé. Peut-être est-ce une question d'habitude? Si vous voulez tenter de diminuer la quantité de produits laitiers, faites une tentative en remplaçant le lait de vache par un lait végétal de soja ou de riz dans un gâteau par exemple, vous ne sentirez même pas la différence. Les gâteaux vgl sont vraiment délicieux. Vous trouverez différentes recettes sur le blog.
      Très bon début de semaine et merci pour le partage! A très bientôt j'espère. Je reste à votre disposition si vous avez des questions.

      Supprimer
  2. Merci pour cette recette :)
    Nous avons testé avec ail et ciboulette (4 gousses, une bonne dose de ciboulette) et c'est très bon :)

    RépondreSupprimer
  3. Alors ça, ça me plaît vraiment ! Ça me fait penser aux houmous mais en version noix de cajou. Pour des toasts apéro c'est top ! (Un papa)

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Stéphanie, je voulais savoir si je peux rajouter de la levure malté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui bien sûr, ce sera délicieux car la levure apporte du goût en plus! :-)

      Supprimer
    2. Verdict,super bon :) :) :)

      Supprimer

N'hésitez pas à laisser vos avis et commentaires, ils feront vivre le blog. Merci!

La Fée Stéphanie | Mentions légales | Design + Graphisme : Catherine Surr